Clap de fin pour ETHNICIA : Hapsatou Sy annonce la fermeture de ses salons.

Hapsatou Sy ethniciaSuite à l’annonce du placement de ses sociétés en redressement judiciaire il y a quelques mois, Hapsatou Sy avait du faire face à une période difficile. Tous les problèmes liés à la gestion de ses sociétés avaient été étalés sur la place publique : sa dette avnvers l’URSSAF, ses problèmes d’impayés avec certains fournisseurs, ses franchisés qui avaient décidé de dire publiquement leur vérité sur l’aventure Ethnicia… Malgré tout, Hapsatou Sy se déclarait optimiste quant à l’avenir de ses établissements et disait tout mettre en oeuvre pour sauver ce qu’il restait de l’empire Ethnicia qu’elle avait créée en partant de rien. Ce « tout » semble ne pas avoir été suffisant puisqu’elle annonce aujourd’hui, via communiqué, la fermeture de ses établissements.

Plus de détails sur la fermeture des salons Ethnicia et les futurs projets d’Hapsatou Sy ci-dessous… Lire la suite

[CINEMA] – Le Majordome : « Des champs de coton aux dorures de la Maison Blanche »

affiche-Le-Majordome-The-Butler-2013-1Le Majordome, le deuxième film du talentueux réalisateur Lee Daniel est sorti mercredi dans les salles françaises et c’est LE FILM à ne pas rater. Resté en tête du box-office américain pendant 3 semaines (devant Kick Ass 2 !), il a même fait pleurer Barack Obama. Le Président américain a déclaré « J’ai vu ‘Le Majordome’. « J’ai eu les larmes aux yeux, parce que j’ai pensé non seulement à tous ces majordomes qui ont travaillé ici, à la Maison-Blanche, mais aussi à toute une génération de gens qui, malgré leur talent et leurs qualités, ne pouvaient obtenir de meilleures situations à cause de la discrimination« .le-majordome-the-butler-lee-daniels-forest

Le pitch ? Cecil Gaines, en quête d’un avenir meilleur, fuit, en 1926, le Sud des États-Unis, en proie à la tyrannie ségrégationniste. Au fil des années, il acquiert les compétences inestimables qui lui permettent d’atteindre une fonction très convoitée : majordome de la Maison-Blanche. Cecil devient alors, durant sept présidences, un témoin privilégié de son temps et des tractations qui ont lieu au sein du Bureau Oval. À travers le regard de Cecil Gaines, le film retrace l’évolution de la vie politique américaine et des relations entre communautés. De l’assassinat du président Kennedy et de Martin Luther King au mouvement des « Black Panthers », de la guerre du Vietnam au scandale du Watergate, Cecil vit ces événements de l’intérieur, mais aussi en père de famille.

J’ai eu la chance de le voir en avant-première et j’ai beaucoup aimé ce film basé sur l’histoire vraie d’Eugène Allen. Je vous explique pourquoi.
Lire la suite