(Ma réponse à) La réponse de la Rédaction de 20 Minutes + les réactions de SOS Racisme et de François Durpaire.

Réponse-20-minutes-une-12-years-a-slave

Après le post sur la Une polémique de 20 Minutes à l’occasion du film 12 Years a Slave, qui a fait un peu de bruit, de nombreuses personnes ont écrit au journal pour exprimer leur indignation face à cette Une que je continue de qualifier d’abjecte ! Le directeur de la rédaction de 20 minutes, Acacio Pereira a répondu à une lectrice de Negronews (cf ci-dessus). Une réponse d’une vacuité absolue et dans laquelle le directeur de la rédaction ne présente aucune excuse.

Voilà ce que je pense, point par point, de la réponse de Mr Pereira :

« Certains d’entre vous nous ont manifesté leur émotion et leur incompréhension devant notre Une consacrée au film de Steve McQueen « 12 years a slave ». Œuvre que nous avons qualifiée de « film coup de fouet ». »

Certains ? Au vu du nombre de partages sur Facebook (plus de 10 000), de retweets (plus de 250), de commentaires sur mon post et d’articles, de tweets, de statuts Facebook… témoignant de l’indignation face à cette Une, le mot « certains » employé par le Directeur de la Rédaction me parait faible. Un moyen sémantique de minimiser l’indignation et la mobilisation qui ont été très fortes autour de cette Une qui a créée la polémique ?

« Cette expression vise à manifester le choc ressenti au visionnage de ce film, qui offre une perspective historique salutaire et une vision réaliste de l’esclavage, sans édulcoration aucune, dans toute sa brutalité et son horreur qui marque les esprits et les corps.

Pour nous, ce film est majeur au point que nous lui avons consacré notre couverture, dans une actualité nationale et internationale pourtant chargée.

Nous lui avons également consacré notre « coup de cœur » sur 20minutes.fr ainsi qu’un décryptage vidéo. »

Nous sommes tous d’accord sur le fait que ce film est poignant, une oeuvre majeure qui offre une vision réaliste de l’esclavage. Toutes les personnes qui l’ont vu en sont ressorties bouleversées. (ndlr : Jusque là, rien de neuf sous le soleil. Merci Mr Pereira). Même s’ils n’ont pas consacré leurs premières pages au film, la plupart des medias ont également publié des critiques dithyrambiques sur ce film. Pourtant aucun n’a osé un titre aussi mauvais. Marianne titre « 12 years a slave : Mc Queen brise les chaines« Le Monde « 12 years a slave : l’esclavage, une infamie qui broie les corps« , Le Figaro « 12 years a slave : les chaines qu’on abat« . La liste est longue, je vais m’arrêter là. Il était donc possible de retranscrire l’émotion suscitée par le film avec des titres accrocheurs sans être maladroit voire irrespectueux, n’est-ce pas ? Ou alors les journalistes de ces différentes rédactions n’ont pas suffisamment d’imagination. Allez savoir.

Ce titre fait aussi allusion à l’expression anglaise « backlash » (coup de fouet en retour, réaction), tant le réalisateur Steve McQueen secoue les consciences et restitue la mémoire de l’esclavage de manière magistrale.

Ce n’est qu’à partir du 3è paragraphe qu’est abordé ce qui leur est réellement reproché : ce très mauvais jeu de mots. Et pour l’expliquer, on apprend que ce titre fait référence à l’expression backlash en anglais ?? Ok… Bon, il me semble que nous sommes en France, il serait donc bien, pour un quotidien français, de résonner en français pour que justement, les messages qu’il souhaite faire passer soit compris par le plus grand nombre de français et surtout qu’il ne soit pas mal interprété, non ? Par ailleurs, backlash n’a jamais signifié « coup de fouet en retour » comme mentionné par Mr Acacio. Backlash signifie retour bâton, réaction négative/violente ou encore répercussion. Mais à aucun moment « coup de fouet en retour », de près ou de loin. Mon esprit est peut-être trop limité pour comprendre cette explication, ou mon anglais trop mauvais, au choix, mais dans les 2 cas, je ne savais pas que 20 minutes était devenu un journal hautement intellectuel. Et qu’il y avait 3, 4, 5, 6 niveaux de lecture pour comprendre leurs titres et qu’il fallait en plus réfléchir au fait qu’il y ait éventuellement des références à l’anglais.

Bref, il serait tellement plus simple de reconnaitre que ce jeu de mots était tout simplement offensant. Car le « backlash » que subit 20 Minutes sur cette Une est réel et justifié. Mais pourquoi le journal s’excuserait-il alors même qu’aucune association ou personnalité politique française ne s’est élevée contre cette Une ? Leur silence et leur manque de réaction en est gênant. Que fait la LICRA ? SOS Racisme ?

Etienne Allais, Directeur Général de SOS Racisme s’est exprimé sur le sujet dans le Courrier de l’Atlas « Je n’avais pas vu la Une.[…] Pour moi, elle émane d’un mauvais jeu de mot. Effectivement, c’est choquant, « coup de fouet », c’est une expression qui banalise la mémoire, le coup de fouet est le symbole de l’oppression de l’homme blanc sur le noir… » 

(Ndlr : Il n’avait pas vu la Une ? Ok… Quand on aura besoin de rien, on les appellera…)

C’est de Belgique que vient une condamnation par une institution, l’ENAR (Réseau Européen contre le Racisme) déclare dans un communiqué « les journalistes doivent prendre leurs responsabilités et faire preuve de discernement quant à l’utilisation des mots et des images. S’il y a des réactions négatives à des images ou textes publiés, ils devraient reconnaitre leur erreur et fournir des explications. Par exemple, 20 minutes avait présenté des excuses lorsque des usagers et la RATP s’étaient manifestés il y a quelques années pour le titre « Le suicide va bon train » sur la recrudescence de passagers se suicidant sur les voies. Pourquoi ne pas le faire dans ce cas-ci ? » 

Excellente question qui mérite une réponse, n’est-ce pas ?

François Durpaire, historien spécialisé dans les questions d’éducation et de diversité culturelle aux États-Unis et en France que l’on voit régulièrement dans les médias, a été scandalisé par cette Une et a déclaré : « D’une part, ce n’est pas 20 minutes qui fait sortir le sujet (mais Steeve MacQueen avec son film) et je peux vous dire qu’ils ne nous suivent jamais pour la Journée Nationale du 10 mai. D’autre part, ce « titre choc » qui se veut jouer sur les mots ne serait absolument pas possible sur toute autre crime contre l’humanité que l’esclavage. »

Cette Une n’a pas fini de faire parler d’elle et c’est tant mieux !

Pour exprimer votre indignation :

Une pétition a été rédigée, vous pouvez la signer ICI.

Vous pouvez également rejoindre la page Facebook demandant à 20 Minutes de présenter des excuses ICI.

Qu’en pensez-vous ?

Publicités

4 réflexions au sujet de « (Ma réponse à) La réponse de la Rédaction de 20 Minutes + les réactions de SOS Racisme et de François Durpaire. »

  1. Article très juste!!! Au lieu de simplement reconnaître leur erreur, le directeur de rédaction se perd dans une justification douteuse. Et par la même occasion fait passer les gens qui ont été choqué, pour des idiots. Il serait bon aussi que les politiques et les personnalités réagissent aussi enfin sur ce genre de questions

  2. Je trouvais le titre juste maladroit sans être choquée pour autant mais cette lettre laisse à désirer . Je ne comprend vraiment pas où il veut en venir. À aucun moment il ne fait semblant de comprendre l’indignation des gens… C’est dommage.

  3. Ping : L’ ÉQUILIBRE. | Le Black Et La Plume

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s